•  

     

     

          Incroyable !  merveilleux ! ... à proximité du relais situé à plus de 2.600 m d'altitude les marmottes ne semblent pas effrayées de notre présence .

     

       Celle-ci est au bord du vide, tous les amis craignent pour ma vie lorsque je m'approche du petit animal ...non, je reste prudente!

     

    Jamais, je n'en avais vu de vraies , elles ont un pelage bien fourni , dont les couleurs  se confondent  avec la nature environnante ainsi que  deux grandes incisives oranges.

     

     

    P1110627.JPG

     

     

     

    Il est interdit de les nourrir, elles sont herbivores.

     

     

          Belle soirée et à bientôt.

     

     

     P1110137

     

     


    46 commentaires
  •  

     

     

    On peut supporter seul le chagrin,

    mais il faut être deux pour être heureux

     

     

     Elbert Hubbard( écrivain américain, 1856-1915)

     


     

          Côte à côte , heureux , ils avancent soudés l'un à l'autre...

                             jusqu'à n'en faire plus qu'un !

     


    P1090648.JPG

     

     

    Ces photos sont ma propriété ( reproduction interdite sans mon accord).

    Images que l'on retrouve souvent sur le net!

     

    Belle journée sans chagrin ...   je vous suis reconnaissante  

    de l'attention que vous portez à mon blog.

     

     

    signature 1


    44 commentaires
  •        Pas de soucis, ce petit chien est heureux !

     

    Dommage que je n'arrive pas à mettre la musique... 

     

    P1100646.JPG

     

                                                             Moi j'aimerais mieux

     
    Un p'tit chapeau tyrolien 

     
    Pour faire moi itou 

     
    Hi, la, la, itou 

     
    Moi j'aimerais mieux 

     
    Un p'tit chapeau tyrolien 

     
    Pour chanter ce p'tit refrain 


    La, la, hi, la 


    La, la, la la, hi, la 


    La, la, la, la, la, la, la, la 


    Soing, soing 

     

     



    P1110137

     

     

     

     


    53 commentaires
  •  

     

          Imbu de sa personne, fier de son apparat, le coq, c'est lui le roi de la basse-cour.

     

    Ses plumes multicolores lisses et soyeuses tombent sur ses ergots pour former un pantalon bouffant .

    SURTOUT UN CLIC SUR CHAQUE PHOTO    

     

    P1070831.JPG

     

     

     

          La crête rouge vif dressée sur la tête , l'oeil aux aguets, le beau mâle exhibe son plastron le gonflant d'air, hérissant ses

    plumes en vue de paraître le plus imposant possible pour jouer l'intimidation.

     

     

    P1070833.JPG

     

     

     

          La queue en panache brillant de mille reflets sous le soleil, il parade parmi son harem.

     

     

    P1070750.JPG

     

     

          Méfiez-vous...gare à celui qui l'approchera c'est lui le maître,

     le roi du poulailler.

     

     

    P1070769.JPG

     

     

     

    Belle journée à vous,  visiteurs et amis et merci de votre passage.

     

    signature 1


    26 commentaires
  •  

     

     

          Samedi dans l'après-midi, quand je suis arrivée chez une amie afin de photographier son élevage d'ovins, quelle ne fût pas ma surprise : une brebis avait donné le jour à son petit , le matin même !

     

     

          Le soleil adoucissait le fond de l'air et ensemble, ils étaient partis découvrir la grande prairie verte.

     

    P1070780.JPG

     

     

     

          Le tout petit agneau âgé de quelques heures tremblait sur ses pattes frêles et mal assurées, la toilette à peine terminée .

     

    Il  tombait et se relevait avec peine pour se blottir contre sa maman.

     

     

     

    P1070790.JPG

     

     

     

          Bien sûr , comme tout nouveau-né, il était encore frippé.

     

    La brebis veillait constamment  sur son nourrisson .

     

     

    P1070796.JPG

     

     

          Quand la femelle s'arrêtait, vite, il venait  téter quelques gouttes du bon lait maternel.

     

    P1070807.JPG

     

     

    J' observais d'un d'un oeil attendri l'amour qui les unissait alors que lors de l'agnelage la brebis venait de rompre le cordon pour donner vie à son petit ...

     

     

     

    P1070788.JPG

     

     

     

    La plupart des brebis sont debout dans la minute qui suit la naissance de l’agneau. La brebis commence à lécher vigoureusement son petit, immédiatement après son expulsion.

    Ce faisant, elle avale les enveloppes fœtales qui le drapent encore. Plusieurs fonctions sont attribuées à ce comportement (placentophagie) :

    • un rôle d’hygiène (léchage du nombril), une stimulation du jeune à se lever et une façon pour la mère de "marquer" olfactivement son petit.

    Enfin, ce "léchage" aurait aussi un rôle social, en établissant et maintenant un lien entre la mère et son agneau.

    Cette période est cruciale pour la reconnaissance du nouveau-né par sa mère : s’il lui est retiré dès la naissance, puis rendu 6 heures plus tard, elle le rejettera le plus souvent.

    En moyenne, un agneau est capable de se lever sur ses pattes dans les 15 minutes qui suivent sa naissance. Au bout d’une heure ou deux, la brebis lui autorise l’accès à la mamelle. 

     

     

    mouton

     

     

     

    2010-12-25 signatures


    47 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique